Éthique et Soins invasifs en Réanimation Pédiatrique: la prise en compte de l’expression de l’enfant

Le 19 juin 2015
9h – 17h

Salle de conférences (rdc)
MSH
 Ange-Guépin
5 allée Jacques Berque à Nantes (Stade Marcel-Saupin)
Tramway ligne 1 (Arrêt Gare SNCF) : sortie Gare Sud
Chronobus C3 et C5 (Arrêt Saupin-Crédit Municipal)
Busway (Arrêt Cité des congrès)  /  Bicloo

Cette journée d’études est organisée par Guillaume Durand (CREN, CAPHI, Université de Nantes) dans le cadre du projet de recherche « Ethique et Soins Invasifs en REanimation Pédiatrique : la prise en compte de l’expression de l’enfant – ESIREP » agréé par le Conseil scientifique de la MSH Ange-Guépin en novembre 2014 et financé par le CPER. Cette recherche s’inscrit également dans le cadre de l’axe 5 du programme EnJeu[x], Enjeux de santé publique.

Présentation:

Dans les services de réanimation pédiatrique, pédiatres, réanimateurs, psychologues, infirmiers, aides-soignants sont confrontés à des enfants qui semblent exprimer, de manière verbale et non-verbale, leurs peurs, leurs désirs et leurs volontés concernant les soins. Comment interpréter, comprendre et prendre en considération, de manière objective et juste, de telles expressions de l’enfant ?
Certes, dans la littérature, l’autonomie, réservée à l’individu mature – souvent confondu avec la majorité juridique – est le plus souvent comprise comme la capacité rationnelle de prendre une décision, sans contrainte, et suppose en particulier trois éléments :

1) La capacité à comprendre et à communiquer une information pertinente pour la décision.
2) La capacité à raisonner et à délibérer concernant la décision
3) La capacité à appliquer un ensemble de valeurs à une décision qui peut impliquer des éléments en conflits.

Or, les très jeunes enfants expriment le plus souvent leur volonté autrement : des pleurs, des gestes, des grimaces, par exemple, qui peuvent être interprétés par les soignants comme une opposition aux soins. Que faire devant une telle opposition et un tel ressenti des soignants ? Quelle place leur donner dans un processus de décision et notamment concernant une Limitation et/ou un Arrêt des Traitements Actifs ? Peut-on reconnaître une part d’autonomie chez certains enfants et lui accorder alors une place dans les choix thérapeutiques ? Les enfants devraient-ils pouvoir participer à ces décisions selon l’étendue de leurs capacités ?

Avec la participation de Denis Berthiau, Dr. Robin Cremer, Pr. Gérard Dabouis, Guillaume Durand, Virginie Durier, Pr. Agnès Florin, B. Fromy, Dr. Bénédicte Gaillard-Le Roux, V. Guilbaud, Arnaud Legrand et Dr. Jean-Michel Liet.

Retrouvez le programme complet de cette journée sur la page dédiée du site de la MSH Ange-Guépin.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *