AXE 2 Filiations, familles

Co-responsables de l’axe: Claudine Combier (psychologie clinique et psychopathologie, Université d’Angers), Yves Denéchère (histoire contemporaine, Université d’Angers), Catherine Sellenet ( sciences de l’éducation, Université de Nantes)

Présentation des thématiques de recherche

L’ambition des chercheurs regroupés dans cet axe vise une étude de la famille et de la filiation qui croise les approches de psychologues, sociologues, historiens, archivistes, italianistes et américanistes pour identifier comment l’enfant prend place au cours du temps dans des configurations familiales variées, ceci en France comme plus largement dans le monde.

1. Images et mutations familiales

L’évolution de notre société contemporaine nous laisse témoin du fait que les figures de la famille  changent et se déclinent dans une pluralité qui mérite d’être étudiée. Il s’agit donc d’analyser les liens familiaux dans lesquels s’inscrit l’enfant pour repérer les représentations qui s’y attachent dans la diversité des contextes observables : recomposition familiale, monoparentalité, homoparentalité, adoption, enfants placés etc. Ce travail, dans sa dimension comparative, poursuivra de façon innovante les travaux déjà existants avec l’originalité d’une approche par le prisme de l’image. Nous serons conduits à revisiter la communauté des images que nous partageons avec les effets du temps sur nos pratiques et représentations. Pour cela, nous analyserons le témoignage vidéo d’enfants sur leurs représentations de la famille et explorerons la photographie de famille comme le cinéma. L’image dans sa polysémie ouvre effectivement un vaste champ d’exploration. Il s’agit d’étudier ce que nous enseigne l’approche interdisciplinaire, quand elle porte son regard sur les mises en images de la famille.

2. L’enfant et ses origines : généalogies, généanautie

Les pratiques généalogiques contemporaines n’ont pas été étudiées depuis que la mise en ligne de documents d’archives et l’émergence de sites Web entièrement dédiés à la généalogie ont entraîné l’apparition aux côtés des généalogistes traditionnels, de généanautes ou généalogistes internautes. Par exploration des forums de généalogistes, par voie de questionnaire et d’entretien, on analysera leurs motivations, leur rapport au passé, leur sociabilité et stratégies familiales. Les travaux disponibles ont jusqu’ici envisagé les généalogistes comme un groupe homogène, mais ce système explicatif global doit être affiné en fonction des contextes familiaux. On s’efforcera aussi de poser les premiers jalons d’une approche internationale, jamais tentée, en proposant une méta-analyse débouchant sur l’élaboration d’une grille d’analyse du développement généalogique d’un pays. La généalogie est une représentation familiale qui se matérialise volontiers par des dessins et conduira à étudier parallèlement les productions graphiques des enfants quand ils réalisent librement leur arbre généalogique pour mesurer les enjeux psychiques qui les attachent à leurs origines.

3. Filiations et expressions des paren(tali)tés : comparaisons européennes et internationales

Nous étudierons comment sont élaborés, représentés, vécus, construits et/ou déconstruits les liens entre ascendants et descendants quel que soit le visage de la filiation (filiation légitime, illégitime, naturelle, adoptive etc.). Une comparaison à l’échelle européenne, notamment entre la France, l’Italie, la Roumanie et la Finlande, et même internationale s’impose pour mieux apprécier les incidences éventuelles des dynamiques politiques, juridiques, sociales, religieuses et culturelles, envisagées de manière diachronique (du Moyen Age à nos jours) et synchronique (entre les pays). Elle sera accompagnée d’une réflexion sur les usages langagiers autour de l’expression des filiations et des paren(tali)tés, d’hier à aujourd’hui. On s’appuiera sur l’analyse de témoignages postés par des enfants et (futurs) parents sur des sites regroupant les protagonistes des dynamiques familiales diverses avec une approche sémantique et lexicologique permettant d’explorer la situation de l’enfant adopté, procréé « différemment », tout comme la place de l’enfant bâtard dans sa parenté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Enfance et Jeunesse