AXE 3 Cultures, imaginaires, médiation

Co-responsables de l’axe: Patricia Lojkine (Lettres, Université du Maine), Andrew Arleo (linguistique anglaise, Université de Nantes), Aude Bretegnier (sciences du langage, sociolinguistique, Université du Maine), Christine Evain (Anglais, École Centrale de Nantes)

Présentation des thématiques de recherche

1. Pratiques contemporaines de lecture des jeunes

La révolution du numérique entraîne une transformation des textes, de leurs supports et de leurs modalités de lecture. Les enquêtes effectuées sur ces transformations montrent une diminution du volume et des compétences de lecture et des disparités sociales dans les pratiques et la maîtrise des outils d’accès à la culture et au savoir. D’un autre côté, les industries des NTIC mettent directement sur le marché des dispositifs et des objets de lecture qui ne passent plus par le contrôle des institutions. La lecture restant un instrument crucial de formation d’individus citoyens responsables, aptes à affronter les défis technologiques, économiques et politiques des sociétés européennes de demain, autant qu’un accès à toutes formes de divertissement culturel, il est indispensable d’évaluer l’impact de ces nouveaux outils et incitations commerciales sur les expériences socioculturelles de lecture auxquelles ils donnent lieu. Pour répondre à ce défi, une base de données des expériences de lectures d’enfance et de la jeunesse, sera conçue sur le modèle de la RED (Reading Experience Database) construite au Royaume Uni.

2. Enjeux du récit : culture, société, modernité

La filière socio-économique concernée par le récit (au sens large du terme) comprend les industries du multimédia, de l’édition dans toute sa chaîne et toutes ses déclinaisons (papier/numérique), les institutions culturelles, éducatives et para-éducatives (bibliothèques, médiathèques…). L’attente de ces secteurs est grande, en termes de savoirs théoriques et épistémologiques sur la fabrique des récits, sur l’histoire des pratiques et la diffusion, sur les mutations en cours à tous les niveaux. De nouveaux objets d’étude et d’expérimentation s’imposent donc : l’organisation des récits, y compris les dialectiques nouvelles entre « jouabilité » et « racontabilité » ; l’exploitation en classe des possibilités d’écriture collaborative qu’offrent certaines plateformes (eZoomBook) ; la progression de la lecture en streaming… Les actions programmées convergent vers les deux objectifs principaux suivants : 1/ fabriquer des modèles théoriques pour rendre compte des formes (traditionnelles/inédites) des récits et aider les enseignants, les professionnels de l’adolescence à en comprendre le fonctionnement et la portée (jeux vidéo, récits interactifs à partir d’hypertextes/hyperliens) ; 2/ renouveler les approches pratiques pour familiariser le jeune avec le large spectre des arts du récit sans exclusive (littératures orales et écrites, théâtre, contage, films d’animation, cinéma, séries) et pour l’amener à s’interroger sur la représentation des enfants/adolescents dans les productions rencontrées.

3. Imaginaires plurilingues en situation transculturelle : entre familles et école

Des enfants/adolescents pour lesquels la langue de l’école, le français, n’est pas la (seule) langue des interactions familiales, ont à composer avec des répertoires bi-plurilingues mettant en contact des langues inégalement légitimées dans l’espace social et scolaire, avec des « langues maternelles » sous-estimées. De fait, cette pluralité linguistique peut être source de fragilité, comme l’a montré l’enquête PISA (2013) en dévoilant que les élèves « issus de l’immigration » scolarisés en France sont en France 2,3 fois plus susceptibles de compter parmi les élèves en difficulté que dans les autres pays de l’OCDE. Pourtant, sont-ce ces langues qui sont en cause, ou la minorisation sociale et la non-reconnaissance institutionnelle dont elles font l’objet ? Cette recherche partira des « imaginaires » sociaux (« imaginaires linguistiques »), de la sensibilité des enfants/adolescents aux différences sociales, de la manière dont eux-mêmes perçoivent, catégorisent leurs langues et leurs différences, en mettant en regard le terrain métropolitain (Pays de Loire) et des terrains de la France ultramarine (Tahiti, Réunion).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Enfance et Jeunesse