AXE 4 Droits et citoyenneté

Co-responsables de l’axe: Patrice Marcilloux (archivistique, Université d’Angers), David Niget (histoire contemporaine, Université d’Angers), Antony Taillefait (droit public, Université d’Angers), Nadège Verrier (psychologie, Université de Nantes)

Présentation des thématiques de recherche

1. Approches transnationales des droits des enfants

L’enfance, au XXe siècle, fait l’objet de mobilisations de groupes sociaux et d’institutions engagés dans la défense de ses droits. Elle tend à devenir une « cause ». On cherchera à comprendre comment s’articulent, dans l’espace transnational et selon une temporalité spécifique, mobilisations, savoirs, normes et dispositifs institutionnels au nom de la protection de l’enfance et de l’édification des droits des enfants. On s’interrogera sur la tension qui travaille le champ des droits de l’enfant, entre sauvegarde de l’enfant vulnérable et développement des droits personnels du sujet juvénile qui acquiert peu à peu le statut de citoyen.

2. Institutions, paroles des enfants et des jeunes

Dans les institutions rééducatives, la parole des enfants est, jusqu’au début du XXe siècle, confinée, étouffée, et crainte. Dans les années 1950, des experts de la jeunesse « irrégulière » y prêtent l’oreille. Le tumulte de la contestation leur répond, au sein de ces institutions totales alors dénoncées par les jeunes eux-mêmes. On étudiera les échos de cette voix des jeunes dans les années 1950 à 1970 à travers les archives d’institutions d’éducation pour jeunes filles (Bon-Pasteur d’Angers) ou d’institutions publiques d’éducation surveillée (IPES).
Aujourd’hui, la parole d’enfants victimes ou témoins peut avoir un impact déterminant dans le déclenchement d’interventions de type médico-psycho-social comme dans le déroulement de procédures judiciaires. Or, le recueil de la parole des enfants, et notamment des plus jeunes, pose de nombreux problèmes. Les souvenirs de l’enfant peuvent être altérés. Il n’existe pas actuellement en France d’outil pour mesurer l’un des facteurs pouvant expliquer ces altérations mnésiques : la suggestibilité interrogative des enfants. Nous proposons d’en développer deux, à partir de prototypes étrangers qui commencent à bénéficier d’une diffusion internationale.
Pour les pupilles de l’État, les enfants en garde ou les recueillis temporaires, le dossier d’aide sociale à l’enfance revêt un statut bien particulier. On propose de considérer ce dossier dans l’entièreté de ses cycles de vie, ceci afin de mieux cerner le moment de l’accès et l’après-consultation dans toutes ses dimensions. Une recherche doctorale autorisera une démarche comparatiste avec d’autres types de dossiers individuels de l’enfant, sociaux ou médicaux.

3. Espaces éducatifs et de loisirs : statuts et mobilités des enfants et des jeunes

À l’école, l’exercice par les élèves des libertés d’information et d’expression est souvent envisagé de façon restrictive. On se demandera pourquoi, ce qui conduira à s’interroger sur les évolutions en cours de la notion « d’ordre public scolaire ». On constate une distanciation entre ordre public construit par les adultes et un ordre social en devenir illustré par le comportement des enfants et des adolescents. La société numérique est un terreau pour cette distanciation que nous nous proposons d’analyser. La vie scolaire est aussi porteuse de risques. Les accidents scolaires et, moins nombreuses, les agressions commises par les élèves sont saisis par des régimes juridiques qui sont engagés sur une pente sécuritaire que l’on s’efforcera de caractériser.
Les mobilités de loisirs des enfants et des jeunes ne sont trop souvent appréhendées qu’à travers la famille, les parents ou les cadres socio-éducatifs. En plaçant l’enfant et le jeune au centre du dispositif d’enquête, on cherchera à comprendre en quoi le lieu de résidence peut influencer les pratiques ludiques des jeunes. On s’attachera à ne pas considérer isolément les différents temps et espaces de la vie des enfants et des jeunes afin de saisir leurs interactions. Les loisirs des enfants et des jeunes sont aussi construits par un système d’offre dont on interrogera les évolutions : hier largement dominé par les engagements associatifs, il est aujourd’hui pénétré par des acteurs lucratifs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Enfance et Jeunesse